McKamey Manor : la maison hantée la plus terrifiante du monde
25 mars 2015
International

Le propriétaire du McKamey Manor, une attraction située près de San Diego qui pousse le concept de la « maison hantée » à un point encore jamais atteint, a annoncé le 1er Octobre 2014 dans une vidéo qu’il comptait adoucir le traitement infligé aux visiteurs depuis janvier 2014. Et pour cause : aucun participant ne serait parvenu à atteindre la fin du parcours cette année.
Voici les 6 raisons pour lesquelles le McKamey Manor est considéré comme la « maison hantée » la plus traumatisante du monde :

1 – L’édition 2014 du McKamey Manor est interminable

Alors que le programme des années précédentes se fixait pour mission de terrifier ses invités durant deux heures particulièrement intenses, les propriétaires Russ et Carol McKamey ont décidé de plonger cette année leurs visiteurs dans un cauchemar ininterrompu de huit heures. Les plus résistants en auraient tenu six.
C’est cet épisode qui a poussé Russ McKamey à annoncer qu’il s’apprêtait à calmer légèrement le jeu lors des prochaines sessions. Dans une vidéo, celui-ci explique qu’un Marine en exercice depuis 15 ans et un aventurier de l’extrême se décrivant comme un « junkie de l’adrénaline » ont dû être évacués du Manoir pour raisons médicales. On y voit le militaire vétéran en état de choc, tremblant comme une feuille après son évacuation, puis témoignant d’un air hagard face caméra :
« Ça n’a fait qu’empirer. Quand vous savez ce qui va arriver, c’est encore pire… Je sais que j’ai donné mon accord pour participer à ça… Mais je ne le recommanderais à personne… J’ai cru que j’allais mourir… Je ne serai plus jamais le même. »
« Nous allons devoir calmer un peu le jeu », en déduit Russ McKamey. « Nous n’avons pas le choix ». Il expliquera plus tard dans une interview pour le site Scaretouruk.com que le Marine était sur le point de s’évanouir et commençait à montrer des signes de délire.

2 – En signant un disclaimer, les visiteurs acceptent d’être maltraités mentalement… et physiquement

Si le programme 2014 est bien entendu gardé secret pour garder intactes les désagréables surprises qui attendent les visiteurs, les vidéos et les témoignages des années précédentes sont éloquents.
Contrairement aux maisons hantées traditionnelles, ici, les employés du McKamey Manor peuvent s’en donner à cœur joie. Un document signé par les visiteurs leur donne le droit de vous faire subir ce que bon leur semble.
Les malheureux participants passent par des expériences aussi peu enviables qu’un enfermement dans un cercueil en compagnie d’un monstre particulièrement agressif, un interminable simulacre de noyade dans des toilettes couvertes d’une substance marron répugnante, l’ingurgitation forcée de vers de terre…
La tête coincée dans une cage remplie de faux serpents, poussés dans des piscines remplies d’eau glacée, aspergés d’hectolitres de faux sang, tirés par les cheveux, plaqués sans ménagement contre le sol ou contre les murs, les visiteurs subissent les pires traitements. Et ils sont avertis : plus ils tenteront de lutter physiquement, plus dur sera le sort qui leur est réservé.

3 – Il n’y a PAS de safeword

Vous avez bien lu : à l’inverse des pires maisons hantées que l’on peut trouver aux États-Unis (et d’autres pratiques réservées aux adultes avertis), il n’y a ici aucun « mot de sécurité », ce signal qui vous permet d’indiquer à votre bourreau que vous désirez tout arrêter immédiatement. Russ McKamey et son équipe sont les seuls à décider du moment où vous n’êtes plus en état mental ou physique de continuer. Ce qui, au vu des vidéos, n’empêche pas les visiteurs de supplier très rapidement l’équipe du McKamey Manor de les laisser partir…

4 – À part les propriétaires et l’équipe, personne ne sait où se trouve exactement le McKamey Manor

Pour que l’expérience soit la plus intense possible, seules quatre visiteurs pénètrent chaque semaine dans le McKamey Manor : deux le vendredi, deux le samedi. Autant dire que la liste d’attente est longue…
Il faut évidemment être âgé de plus de 21 ans avant de postuler sur la page Facebook du McKamey Manor. Les candidats y expriment leurs motivations et tentent de convaincre l’équipe qu’ils seront de « bons clients ». Si c’est le cas, ils sont contactés à l’improviste par les propriétaires. Le rendez-vous est fixé dans un lieu public près de San Diego, où les deux élus sont « kidnappés » par le staff avant d’être contraints d’enfiler un sac sur la tête. Le traitement est le même pour leur retour à la vie réelle, après avoir livré leurs impressions en vidéo.

5 – Pire que tout : Russ et Carol McKamey sont des gens adorables

Tous les participants sont tombés d’accord sur ce point : les propriétaires du lieu, une fois le parcours achevé, sont d’une gentillesse déconcertante.
L’un des détails les plus troublants au sujet du McKamey Manor est que l’expérience est totalement gratuite. Il faut simplement venir avec deux boîtes de nourriture par personne, dont Russ McKamey, retraité de la Navy, fait don à une association en faveur des nécessiteux. Quant à sa femme Carol, assistante juridique, elle consacre son temps libre à un refuge pour chiens abandonnés.
Avec une liste d’attente de plusieurs centaines de personnes, il est évident que les McKamey pourraient tirer des revenus plus que confortables de cette expérience pour laquelle certains visiteurs sont prêts à traverser les États-Unis. Russ prétend avoir investi « des centaines de milliers de dollars » dans cette installation depuis sa création, par simple passion.
S’il s’interdit la moindre thématique d’ordre sexuel dans les évènements imposés aux visiteurs, à l’inverse de plusieurs autres extreme haunted houses, ni même de permettre à ses employés d’employer le moindre juron, il avoue sans détour que son but est de « briser » les visiteurs et de leur apprendre à découvrir une partie de leur personnalité qu’ils ignoraient jusqu’à présent. À en croire les vidéos publiées sur le site, il n’est pas sûr qu’ils auraient tous souhaité en apprendre autant sur eux-mêmes.

>> Alors, l’expérience vous tente ?